• Matthieu Kaczmarek

Combien vaut mon entreprise ?

Mis à jour : sept. 2



C'est une question que de nombreux entrepreneurs se posent quand ils souhaitent changer d'activité ou profiter de la vie (retraite, tour du monde ...).


En effet, ce serait dommage de fermer votre entreprise alors qu'elle est profitable, que vos employés sont contents d'y travailler et qu'elle apporte de la valeur ajoutée à ses clients.


Il existe plus de 100 méthodes pour valoriser une entreprise ! Je ne vais pas ici toutes les décrire.


Cette étape de la valorisation est la 3éme des 8 clés existantes afin de transmettre votre entreprise


Les 3 méthodes présentées ci-dessous s'appliquent à une cession des parts sociales pour une entreprise faisant moins de 10 millions de Chiffre d'Affaires et non d'un fond de commerce, qui dispose de ses propres méthodes.


La mauvaise manière de faire


Il s'agit de penser que votre entreprise vaut X € car vous y avez travaillé sans relâche depuis 15 ans et que vous y avez bien le droit. Ce X risque d'être sur-évalué par rapport à la réalité économique de votre entreprise ou si vous êtes de nature prudente, vous risquez de sous-évaluer sa valeur.


Une autre mauvaise manière pour déterminer la valeur d'une entreprise est de se dire "J'ai besoin de 600 000€ pour vivre toute ma retraite confortablement, quelle méthode me donne ce chiffre là ?".


Ces deux "façons" de faire vous empêchereront de trouver un acquéreur qui lui se basera sur des méthodes de valorisation appliquée à votre entreprise.


Comment valoriser son entreprise ?


L'objectif de cet article est d'expliquer concrètement et avec des détails 3 méthodes pour valoriser votre entreprise.


Vous pouvez très bien diriger votre entreprise depuis de nombreuses années et ne pas connaître tout le lexique comptable alors voici un petit récapitulatif afin de comprendre les méthodes de valorisation mentionnées plus bas :

  • Actif : ce que l'entreprise possède

  • Actif immobilisé : actif qui n'est pas rapidement mobilisable (monétisable). Par exemple : un bien immobilier, des véhicules, du matériel nécessaire à la production ...

  • Actif circulant : actif qui est rapidement mobilisable (monétisable). Par exemple : le stock de matériel, les créances des clients, la trésorerie de l'entreprise ...

  • Passif : ce que l'entreprise doit

  • Capitaux propres : élément du passif de l'entreprise qui reprend les ressources "permanentes" de l'entreprise : le capital amené lors de la création, le cumul des résultats (bénéfices ou pertes) des années précédentes, subventions...

  • Provisions : provisions prévues pour des risques (ex : frais d'indemnisation dans une procédure judiciaire), des charges exceptionnelles (ex : surcoût d'un projet)

  • Dettes : comprend les dettes financières (ex : les emprunts, les avances des clients ...), les dettes d'exploitation (liées au cycle de vie de l'entreprise. Ex : dettes aux fournisseurs, les dettes fiscales et sociales ...) et enfin les autres dettes (ex : compte courant associé)


1- La méthode patrimoniale


Cette méthode est fortement utilisée pour les entreprises dont le Chiffre d'Affaires (C.A.) et le Résultat Net sont relativement stables dans le temps (3 à 5 dernières années) et les perspectives de croissance faible. En effet, cette méthode se base sur le passé de l'entreprise (et donc le patrimoine qu'elle a constituée) afin de déterminer sa valeur.


La formule de calcul : Total de l'actif - Dettes réelles


Retrouvez cette méthode dans mon outil de calcul de valorisation de votre entreprise


Exemple de calcul :

  • Total de l'actif : 1 000 000€

  • Dettes : 223 000€

  • Valorisation = 777 000€

Sa simplicité de calcul est aussi une forme de faiblesse car elle contient peut de variables sur lesquelles moduler son prix. C'est pour cela qu'il est recommandé d'évaluer les autres méthodes afin d'ajuster la valorisation.


2- La méthode du plan de financement


Cette méthode s'appuie sur le plan financier qu'un acquéreur potentiel pourra mettre en place afin de financer l'acquisition de votre société. L'objectif est de ne pas surévaluer votre société au point qu'elle ne soit pas vendable car vous en demandait trop par rapport à ce que n'importe quel acheteur peut traditionnellement financer.


Pour comprendre cette méthode, il faut définir les moyens de financement qu'un acheteur peut utiliser :

  • L'apport personnel du repreneur

  • L'emprunt réalisable

  • La trésorerie distribuable de votre entreprise

La formule de calcul : Apport du repreneur + Crédit empruntable + Trésorerie distribuable - Frais d'acquisition


Retrouvez cette méthode dans mon outil de calcul de valorisation de votre entreprise


Voici une explication de chaque partie :

  • Apport du repreneur : pour calculer ce qu'un repreneur amène en général, il faut multiplier le Résultat Net Retraité par 1 à 3. Ce Résultat Net Retraité est égal à : (Résultat avant impôts + Rémunération du dirigeant actuel - Rémunération standard du nouveau dirigeant ) x 0.75

  • Emprunt réalisable : une banque prête jusqu'à 70% du Résultat Net Retraité (calculé juste avant) pendant 7 ans. La formule est donc la suivante : Résultat Net Retraité x 0.7 x 7

  • La trésorerie distribuable de votre entreprise : votre entreprise dispose probablement d'une trésorerie excédentaire vis à vis de ses besoins réels. Une partie de cet excédent peut être utilisé par le repreneur pour financer la reprise via un versement exceptionnel de dividendes. La part considérée comme excédentaire peut être calculée comme ceci : Trésorerie disponible - Chiffre d'affaires / 12

  • Les frais d'acquisition : le repreneur va engager des frais pour faire auditer votre société et se faire accompagner d'un avocat. Ces frais varient d'un type de société à une autre et d'un expert à un autre mais pour une PME avec un chiffre d'affaires inférieur à 10 millions d'euros, vous pouvez compter environ 40 000€

3- La méthode basée sur la rentabilité


Cette méthode se base sur la rentabilité passée de la société afin de lui donner une valeur dans le futur. Cette méthode est l'une des plus fréquemment utilisée si la société a peu de patrimoine (pas de biens immobiliers, peu de machines ...) car elle se base sur des résultats tangibles et à priori ses besoins en patrimoine ne vont pas évoluer beaucoup dans le futur.


Cette méthode se base sur plusieurs années afin d'obtenir une moyenne et éviter que vous ne vous favorisiez en sachant que vous allez revendre la société.


La formule de calcul : Excédent brut d'exploitation * Coefficient + Trésorerie disponible - Dettes financières


Retrouvez cette méthode dans mon outil de calcul de valorisation de votre entreprise


Voici une explication de chaque partie :

  • Excédent Brut d'Exploitation (EBE) : il s'agit de la marge brute de votre société après le paiement des impôts mais sans tenir compte ni des produits et charges exceptionnelles, ni des amortissements, ni de la manière dont se finance l'entreprise. Pour le calculer, il faut prendre : Chiffre d'Affaires - Achats Consommés - Consommation en provenance de tiers + Subventions d'exploitation - Impôts et taxes - Charges de personnel

  • Trésorerie disponible : Ensemble de la trésorerie disponible sur les comptes bancaires de l'entreprise - les dettes financières de l'entreprise (emprunt, découvert ...)

  • Dettes financières : ensemble des dettes financières de votre entreprise (découvert, emprunt ...)

  • Coefficient : il dépend de nombreux facteurs comme votre zone géographique, le secteur d'activité dans lequel vous évoluez, votre politique d'investissement ... Il faut compter un coefficient entre 3 et 6

Voici une analyse des coefficients par secteur d'activité établie par Absoluce pour l'année 2016 pour des entreprises dont le chiffre d'affaires est inférieur à 10 millions d'euros

  • Automobile et équipementiers : 2,6

  • Bâtiment et des travaux publics : 3,9

  • Commerce de détail : 3,1

  • Energies : 3,4

  • Equipement de la personne et de la maison : 6,5

  • Immobilier : 7,1

  • Industrie des biens et services : 3,1

  • Logiciels : 3,1

  • Médias : 3,3

  • Pétrole et gaz : 3,7

  • Produits alimentaires et boissons : 4,9

  • Ressources de base et produits chimiques : 3,5

  • Santé : 4

  • Services et conseils en ingénierie : 3

  • Technologies et télécommunications : 2,8

  • Voyages et loisirs : 3,4

La valorisation est une chose, le prix de vente en est une autre



Avec ces 3 méthodes, parmi les plus utilisées pour les entreprises réalisant moins de 10 millions de Chiffre d'Affaires, vous obtenez une idée de la valeur de votre entreprise.


Cette valeur sera peut-être différente du prix de vente final pour de nombreuses raisons :

  • Vous souhaitez céder rapidement votre entreprise et consentez à faire un effort afin de convaincre un repreneur de signer l'accord

  • Cela fait plusieurs années que vous essayez de la vendre afin de profiter de la vie mais personne ne vous a jamais appelé

  • Vous avez une bonne relation avec le repreneur potentiel et vous vous adaptez à ses moyens

  • Vous souhaitez préserver l'emploi de vos salariés plutôt que de devoir fermer votre entreprise (et devoir payer pour cela...)

  • etc...

Il peut y avoir de nombreux facteurs de négociation et de nombreuses raisons d'accepter un accord plutôt que de ne rien avoir du tout.


Vous pouvez également maintenir le prix de vente égale à la valorisation de votre société mais accorder au repreneur un délai pour vous verser l'argent avec le Crédit Vendeur ou le Earn-Out. Je reviendrai plus en détail sur ces deux possibilités dans un prochain article.


Après avoir fait l'exercice de calculer la valorisation de votre société par vous-même, je vous invite à consulter votre comptable qui pourra également faire le travail de son côté et vous pourrez échanger sur vos différentes vues.


© 2020 - Matthieu Kaczmarek - Tous droits réservés

  • Facebook
  • Instagram