• Matthieu Kaczmarek

5 blocages émotionnels à la cession d'entreprise

Dernière mise à jour : avr. 14



Parfois le gérant d'une entreprise pense être prêt à céder son entreprise mais il reste quelques freins : des blocages émotionnels.


Ceux-ci ne sont pas une fatalité, il y a toujours plusieurs moyens de s'en affranchir et je vous propose de faire un passage en revue de quelques cas que j'ai rencontré récemment en échangeant avec des entrepreneurs.


La transmission d'entreprise est un processus qui se réfléchit bien avant le moment de commencer à chercher un repreneur et j'y reviendrai un peu plus loin dans cet article.


1- L'héritage de votre nom


Pour certains entrepreneurs, leur nom de famille fait parti du nom de l'entreprise ou alors le nom de leur entreprise est intimement lié à leur famille.


En tant que cédant, vous n'êtes peut-être pas prêt à laisser cet "héritage" à un repreneur.


Vous n'avez pas envie que si le repreneur n'arrive pas à assurer une bonne gestion cela vienne "salir" votre famille.


Cette pensée peut représenter un véritable blocage psychologique chez certains et empêcher de prendre la décision de trouver un repreneur.


Si vous ne souhaitez surtout pas que votre nom soit utilisé par le repreneur, il y a plusieurs options :


✅ vous avez encore quelques années avant de céder l'entreprise : dans ce cas, prenez la décision de changer le nom de l'entreprise dès maintenant afin d'ancrer ce nom dans l'inconscient de vos clients


✅ vous souhaitez céder prochainement : vous pouvez négocier avec le repreneur que l'entreprise doit changer de nom sous un certain délai après la cession. Notez toutefois que cette demande représente une perte de valeur pour l'entreprise et donc aura un impact sur le montant que le repreneur vous paiera.


2- La peur d'un futur conflit


La peur d'un futur potentiel conflit avec le repreneur est souvent l'un des plus gros blocage émotionnel à la recherche d'un repreneur.


Comme un journal télévisé commence très rarement par "Bonsoir, voici la bonne nouvelle de la journée ...", on parle rarement des milliers de reprises d'entreprise qui se passent sans aucun problème pour se concentrer sur celles, rares, qui posent quelques soucis.


Cette fausse impression que la majorité des reprises se passent mal engendre une crainte qui n'est pas fondée.


De plus, pour la grande majorité des cédants il s'agira de la seule et unique fois où ils effectueront cette démarche de cession. Cette première fois, peut entraîner des inquiétudes qui ne sont pas fondées.


De même, écouter uniquement son avocat (qui a du gérer les quelques cas de reprise conflictuelle) dans un dossier de reprise sans laisser place à son instinct d'entrepreneur peut amener à choisir le mauvais repreneur.


3- Que faire après la cession?


Après avoir passé de nombreuses années à développer votre entreprise et à y consacrer la majeure partie de votre temps, il est normal d'avoir une certaine appréhension de devoir quitter ce mode de vie là.


La relation avec votre conjoint(e), vos enfants, vos amis ... tout cela a souvent été impacté par le fait que vous dirigiez votre entreprise.


Tout ces changements peuvent être progressifs au cours des dernières années de direction de l'entreprise. Vous pouvez travailler à vous rendre inutile au sein de l'entreprise, c'est à dire à déléguer au maximum la gestion quotidienne.


Non seulement cela vous permettra d'avoir de plus en plus de temps libre pour vos proches et vos hobbies mais en plus, vous augmenterez l'attrait pour votre entreprise auprès des potentiels repreneurs.


En effet, ces derniers sauront à l'avance qu'ils n'ont pas forcément besoin d'être présent dans l'entreprise 70h par semaine pour qu'elle fonctionne.


4- La réaction de vos employés


La transmission de l'entreprise est très souvent un sujet tabou vis à vis des employés.


Certains gérants ont une peur bleue de la réaction de leurs équipes lorsqu'ils apprendront que l'entreprise va être vendue.


Si l'entreprise est saine financièrement et que vous êtes sûr du choix du repreneur, il ne devrait pas y avoir de crainte à avoir. En effet, à priori vos salariés vont continué à faire parti de l'entreprise et ils n'ont aucune raison apparente de vous en vouloir.


Si l'entreprise traverse une zone plus turbulente d'un point de vue économique, le repreneur devra probablement effectuer quelques ajustements au niveau des coûts. Cela n'implique pas forcément des pertes d'emplois, le problème peut venir d'ailleurs. De plus, ce sera au repreneur d'expliquer la situation et donc à lui de gérer les potentiels conflits. La réalité implique également qu'il est peut-être mieux pour l'entreprise de faire un effort à court terme pour éviter que toute l'entreprise soit obligée de fermer.


Si vous êtes dans le cas d'un départ en retraite, vos employés se doutent déjà forcément que ce moment va arriver.

5- L'acceptation de la cession


L'acceptation mentale de la transmission est un point critique du processus.


Parfois certains gérants pensent qu'ils sont prêts à céder leur entreprise. Ils font faire une estimation de la valorisation, commencent à chercher un repreneur ... Et pourtant, ils n'ont pas réellement accepté de vendre leur entreprise.


Cela se constate souvent dans la phase de recherche d'un repreneur durant laquelle le gérant va avoir des demandes contradictoires, des exigences supérieures à ce qui est réellement nécessaire ...


Il n'est pas rare d'entendre dire qu'il faut s'y prendre 5 ans à l'avance pour céder son entreprise dans les meilleures conditions. En effet, il est rare de se lever un jour et d'avoir le déclic qui va tout mettre en ordre de marche. Il s'agit plutôt d'une accumulation de petits pas qui vont permettre d'arriver à cette étape d'acceptation et d'évidence.


Dans mon article précédent, j'évoquais que la majorité des cessions d'entreprise se font sous la contrainte (âge, maladie, perte de CA...). Le fait d'exécuter ce processus consciemment vous permet de justement éviter cette forme de contrainte et de choisir vous même le moment de la cession.


En conclusion


Chaque blocage a des solutions. Parfois il est nécessaire d'échanger avec d'autres personnes ayant déjà vécu la situation ou ayant l'habitude de la côtoyer.


Si vous souhaitez échanger à propos de la transmission de votre entreprise, je vous invite à utiliser le formulaire de contact.